<< Previous Next >>

Hottolfiades


Hottolfiades
Photo Information
Copyright: Manu Gilson (knoxville73) Silver Star Critiquer [C: 13 W: 0 N: 8] (218)
Genre: Places
Medium: Color
Date Taken: 2009-08-23
Categories: Mood
Camera: Canon EOS 20D, Canon 35-350 L USM
Exposure: f/5.6, 1/125 seconds
More Photo Info: [view]
Photo Version: Original Version
Date Submitted: 2009-08-26 14:46
Viewed: 1743
Points: 2
[Note Guidelines] Photographer's Note
On rencontre aujourd'hui deux sortes de ballons qui fonctionnent suivant le même principe, mais suivant des techniques bien différentes:
Le ballon à air chaud, dérivant sa force ascensionnelle de l'air chaud à +/-100° C contenu dans une enveloppe ouverte à la bouche pour permettre le réchauffement de l'air à l'intérieur du ballon. De l'air froid est tout d'abord propulsé dans l'enveloppe grâce à un ventilateur. Une fois que cette dernière est gonflée à deux tiers, on allume le brûleur qui dilate l'air contenu dans l'enveloppe et qui permet ainsi au ballon de se redresser et de pouvoir décoller.

La ballon à gaz, dérivant sa force ascensionnelle d'un gaz nettement plus léger que l'air contenu dans une enveloppe complètement fermée.

Bref, c'est le contenu de l'enveloppe qui distingue la montgolfière du ballon à gaz: la première utilise de l'air chaud, tandis que le second est rempli d'hélium ou d'hydrogène. Compte tenu des forces ascensionnelles bien différentes, il apparaît qu'un ballon à air chaud doit avoir environ quatre fois le volume d'un ballon à gaz pour porter le même poids.

Pour être complet, notons encore les dirigeables. Il s'agit d'aérostats plus légers que l'air qui sont propulsés par un moteur et donc dirigeables.

Une rozière fonctionne grâce à une association de gaz et d'air chaud, un principe inventé par l'aéronaute français du 18e siècle François Pilâtre de Rozier. Le plus grand avantage de la rozière est l'autonomie de vol augmentée. Au moment du décollage, la cellule d'hélium n'est que partiellement remplie. A mesure que le ballon s'élève, la chaleur du soleil, alliée à la baisse de pression atmosphérique, provoque une dilatation du gaz. Pour stabiliser leur altitude ou pour descendre, les pilotes évacuent de l'hélium par les soupapes. La nuit, pour compenser la perte de portance due au refroidissement, ils brûlent du propane ou du kérosène, ce qui augmente à nouveau la température de l'hélium.

samansarraf has marked this note useful
Only registered TrekLens members may rate photo notes.
Add Critique [Critiquing Guidelines] 
Only registered TrekLens members may write critiques.
Discussions
None
You must be logged in to start a discussion.

Critiques [Translate]

Salut Manu
C’est une belle photo. Tu l’as pris très bien. Il faut dire cette photo est une meilleures photos que j’ai déjà vu sur le Treklens. J’ai lu le commentaire à propos de cette photo, c’est parfait et je la donne le « USEFUL ».
Bonne continuation
Saman

Calibration Check
















0123456789ABCDEF